L’activité physique peut-elle vraiment diminuer l’anxiété?


L’anxiété s’invite souvent dans la vie de mes patients qui souffrent de douleurs aiguës ou chroniques.


C’est bien connu: plusieurs aspects de la santé mentale peuvent perturber des éléments de la santé physique, et vice versa. C’est le cas de l’anxiété.


Il faut donc en tenir compte pour obtenir une meilleure efficacité thérapeutique, d’autant plus qu’il existe plusieurs pistes de solution contre l’anxiété.


Mon article d’aujourd’hui s’intéresse à l’une d’entre elles qui est par ailleurs souvent oubliée: l’activité physique.


Vous trouverez les références scientifiques en hyperliens ainsi que des vidéos tirées de ma chaîne YouTube. Certaines vous aideront à vous détendre tandis que d’autres vous inciteront à bouger plus souvent.


Bonne lecture!


Denis


L’anxiété


L’anxiété n’est pas un problème en soi et elle peut être considérée comme une réaction normale dans certaines situations.


Cependant, lorsqu’elle perdure, elle risque de perturber significativement la qualité de vie.


Les troubles anxieux sont malheureusement des sujets qu’on tait. Ils comptent pourtant parmi les problèmes de santé mentale les plus fréquents. Ils incluent notamment les phobies, l'anxiété sociale, l'anxiété généralisée, le trouble panique et l’agoraphobie. Cela dit, on peut très bien ressentir de l’anxiété sans être aux prises avec un trouble anxieux.



Inséparables

Il peut paraître étonnant d’aborder le sujet de l’anxiété sur le blogue d’un physiothérapeute.


Pourtant, ce problème de santé est associé à plusieurs affections des personnes qui me consultent, comme la fibromyalgie, les douleurs chroniques au bas du dos et les maladies cardiovasculaires. Comme quoi les aspects physiques et mentaux de la santé sont étroitement liés.


Il est donc essentiel de tenir compte de l’anxiété dans l’élaboration d’un traitement et de les dépister en amont.

L’anxiété est associée à plusieurs affections dites physiques, comme les douleurs chroniques au bas du dos et les maladies cardiovasculaires.

Estimés collègues

Plusieurs mécanismes expliquent l’association entre l’anxiété et des maladies qu’on lient plutôt aux aspects physiques de la santé.


En voici quelques-uns:

  • les perturbations du système nerveux autonome, soit le système sympathique (qui vous stimule) et le système parasympathique (qui vous apaise);

  • la présence de l’inflammation de bas niveau (ou inflammation chronique), celle-ci pouvant affecter plusieurs endroits du corps, notamment les muscles, l'intestin et le cerveau;

  • le dysfonctionnement de la paroi de certains vaisseaux sanguins;

  • l’adoption d'habitudes de vies qui sont reliées à une moins bonne santé physique, comme le tabagisme et la suralimentation.

Malheureusement, on reporte souvent à demain la résolution de nos petits et grands problèmes de santé, incluant les troubles anxieux.


Mauvaise idée.


Mes estimés collègues psychologues ont des outils pour vous aider à comprendre, traiter ou déjouer l’anxiété.


Les prochaines lignes de mon article n’ont pas pour objectifs de remplacer leurs interventions, mais plutôt de vous transmettre des informations utiles à votre santé qui s’intègrent souvent parfaitement à une intervention par un professionnel de la santé mentale.


Et tant mieux si mon article est une source de motivation pour bouger régulièrement!

Malheureusement, on reporte souvent à demain la résolution de nos petits et grands problèmes de santé, incluant les troubles anxieux. Mauvaise idée.

Vous aimez mon blogue?


Approfondissez les sujets abordés en vous abonnant à ma chaîne YouTube en cliquant ici, ou en vous procurant un de mes livres. Vous les trouverez des deux côtés de l'Atlantique!

L’activité physique pour contrer l’anxiété

Selon plusieurs études récemment publiées, l'activité physique serait un précieux atout pour calmer l’anxiété et elle pourrait même la prévenir. Cela a été démontré auprès des personnes de tous âges.


Des chercheurs du Royaume-Uni ont également établi qu'un niveau élevé d'activité physique aurait un effet protecteur contre certains troubles anxieux, comme l’agoraphobie et le trouble de stress post-traumatique. Dans la conclusion de leur étude, on peut lire que les participants qui avaient un niveau d’activité physique plus élevé voyaient aussi leur risque d’anxiété se réduire d’au moins 21%.


Voilà une excellente nouvelle!



Pourquoi ça fonctionne


L’activité physique contribuerait à une réduction de l’anxiété dans certains contextes en raison de plusieurs de ses effets bénéfiques, dont ceux-ci:

  • elle contribuerait à de meilleurs échanges qui surviennent entre les glandes surrénales ainsi que certaines régions du cerveau, comme l'hypothalamus et l’hypophyse, toutes trois étant directement liées à la régulation du stress;

  • elle serait associée à une diminution de l’inflammation de bas niveau;

  • elle favoriserait de meilleures fonctions cognitives;

  • elle augmenterait le sentiment d'efficacité personnelle;

  • elle serait liée à un meilleur sommeil, un atout pour une meilleure santé mentale;

  • elle entraînerait une augmentation de la température corporelle, ce qui participerait à la détente et aurait des effets positifs sur l’activité neurale;

  • elle entraînerait des changements hormonaux favorables à une diminution d’anxiété, que l’intensité de l'activité physique soit soutenue, modérée ou faible.

L'efficacité de l’activité physique pour réduire l’anxiété serait plus marquée en présence d’un suivi thérapeutique et lorsqu'elle est pratiquée de trois à quatre fois par semaine et durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Selon plusieurs études récemment publiées, l'activité physique serait un précieux atout pour calmer l’anxiété et elle pourrait même la prévenir.

C'est gratuit!


Allez au bas de la page pour vous abonner gratuitement à mon infolettre. Vous êtes déjà des milliers à l’avoir fait. C’est génial!

Chez les plus âgés

L’anxiété touche toutes les tranches d’âges, particulièrement les plus âgés d’entre nous.


Des chercheurs iraniens ont exploré les liens entre l’anxiété et l’activité physique chez les personnes de 65 ans et plus. Les résultats de leur méta-analyse sont encourageants: l’activité physique contribuerait à une légère diminution de l’anxiété également chez ce groupe de la population!


Les activités physiques étudiées étaient diversifiées. Elles incluaient entre autres le Taï-chi, le yoga, le renforcement musculaire, les exercices en piscine, l’aérobie et la marche.


Ces activités pratiquées régulièrement permettaient également aux participants de diminuer leur niveau de fatigue et d’améliorer leur endurance cardiorespiratoire, la force musculaire et leurs capacités fonctionnelles.

Les chercheurs rappellent que, dans bien des situations, l’anxiété peut-être prévenue et que les troubles anxieux sont mieux contrôlés lorsque le diagnostic est posé précocement.


Au risque de me répéter, n’hésitez pas à consulter un psychologue qui vous aidera à prendre soin de votre santé mentale.

L'efficacité de l’activité physique pour réduire l’anxiété serait plus marquée si elle est pratiquée de 3 à 4 fois par semaine, durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Le yoga, l'anxiété et les maladies pulmonaires

On n’y pense pas, mais les maladies pulmonaires comptent parmi les principales causes d’hospitalisation et un pourcentage élevé de la population en est atteint.


Or, l’anxiété fait souvent partie du tableau clinique des personnes vivant avec une maladie respiratoire.


Dans ce contexte, l’activité physique pourrait contribuer à une réduction de l’anxiété, notamment le yoga et d'autres activités qui intègrent la respiration et une certaine forme de prise de conscience, comme la pleine conscience.


J’aborde ces sujets dans mon livre sur la respiration et vous avez été plusieurs à me poser des questions à cet égard.


Le sujet intéresse aussi plusieurs chercheurs, comme Zaimin Li et ses collaborateurs de l’Université du sport de Chengdu. La conclusion de leur méta-analyse montre que les exercices qui intègrent la respiration, dont le yoga, favoriseraient une réduction de l’anxiété en présence d’une maladie pulmonaire obstructive (MPOC, BPCO, emphysème, etc.).


Je vous propose dans cette vidéo une séance de relaxation et d’exercices de respiration.



Une pierre, deux coups

En pratiquant une activité physique régulièrement, vous faites donc une pierre, deux coups.


Vous diminuez votre risque d’anxiété, mais aussi vous profitez de nombreux bienfaits sur votre santé physique, que vous marchiez, dansiez ou que vous entraîniez pour votre prochain marathon.


Dans certaines situations, l’activité physique contribue également au soulagement de la douleur et des incapacités physiques, notamment en présence de fibromyalgie.


C’est donc une proposition que je vous lance. Pourquoi ne pas bouger (plus) régulièrement... dès aujourd’hui?


🙂🙂🙂

En pratiquant une activité physique régulièrement, vous diminuez votre risque d’anxiété, mais aussi vous profitez des nombreux bienfaits sur votre santé physique,


Des guides pratiques et utiles


J’ai écrit plusieurs romans et des guides pratiques. Procurez-vous-les en cliquant sur les titres suivants:


Pour vous procurer mes livres de l’autre côté de l’Atlantique, cliquez ici.



Des conseils en vidéos!


Cliquez ici pour découvrir ma chaîne YouTube.


Les informations que vous y découvrirez sont complémentaires à mes différents livres. Elles concernent notamment la douleur au dos et au cou, la posture, les exercices thérapeutiques et la prévention de plusieurs problèmes de santé.


Et n'hésitez pas à vous abonner pour être informé des dernières mises en ligne!