Crampes: pouvez-vous distinguer le vrai du faux ? Faites le test.


Comment soulager les crampes musculaires ? Quels exercices doit-on faire ? Boire de l'eau ou prendre des suppléments de magnésium est-il efficace?


Voici un quiz pour vous aider à défaire certains mythes liés aux crampes et mieux intervenir pour les soulager.


Vous trouverez également des liens de vidéos qui vous proposent des exercices, des informations et des conseils.


Cliquer sur le bouton «commencer» pour répondre à la première question du quiz sur les crampes musculaires.


Denis



Vous aimez ce quiz?


Approfondissez les sujets abordés en vous abonnant à ma chaîne YouTube en cliquant ici, ou en vous procurant un de mes livres. Vous les trouverez des deux côtés de l'Atlantique!


Vous pouvez aussi vous abonner gratuitement à mon infolettre en remplissant le formulaire au bas de cette page. Vous êtes déjà des milliers à l’avoir fait. C’est génial!

 


Suggestions de vidéos sur les crampes musculaires




Des guides pratiques et utiles


J’ai écrit plusieurs romans et des guides pratiques. Procurez-vous-les en cliquant sur les titres suivants:


Pour vous procurer mes livres de l’autre côté de l’Atlantique, cliquez ici.


 

Pourquoi crampez-vous?


4 hypothèses


Une crampe isolée est évidemment considérée comme étant un phénomène normal. Celui-ci devient pathologique si la crampe se répète de façon rapprochée ou si elle altère votre qualité de vie, que ce soit en raison de la douleur, de l'ampleur de la contraction ou de la perte de force ou d'endurance.


À ce jour, le mystère des crampes n'a pas encore été complètement élucidé par la science.


Plusieurs hypothèses sont toutefois avancées pour les expliquer.


Voici les 4 principales, l’une n’excluant pas les autres:


1. Les électrolytes

Les électrolytes sont des composés chimiques qui se trouvent dans votre corps, comme le sodium (Na+), le potassium (K+) et le magnésium (Mg2+). Ceux-ci sont directement impliqués dans la contraction de vos muscles.


Une des hypothèses qui expliquerait le phénomène des crampes pathologiques s'appuie sur l'idée que la déshydratation, comme la sudation excessive, entraînerait une perte d’électrolytes, ce qui provoquerait une hyperexcitabilité nerveuse.


Cette hypothèse est toutefois remise en question, notamment par des chercheurs américains qui ont établi qu’une déshydratation modérée ou sévère (soit une perte de plus de 3% du poids corporel) ne modifiait pas le seuil de contraction du muscle.



2. L’effort extrême et la proprioception

Vos tendons et vos articulations sont dotés de petits détecteurs de la proprioception. Ceux-ci sont notamment responsables d'informer votre cerveau du niveau de tension qui prévaut à l'intérieur de vos muscles.


Ils jouent aussi un rôle inhibiteur de la contraction musculaire, c'est-à-dire qu'ils peuvent bloquer certaines contractions musculaires.


Selon l'hypothèse de l'effort extrême, l'activité des récepteurs de la proprioception serait altérée en présence de fatigue musculaire ou après un effort qui excède significativement les capacités de la personne.


Cela prédisposerait le muscle aux crampes, et encore davantage lorsque celui-ci est placé en position raccourcie.



3. Le système nerveux

Les crampes seraient causées par un dysfonctionnement temporaire du système nerveux.


D’abord en ce qui concerne les échanges entre les nerfs et le muscle, mais aussi quant à l’activité nerveuse qui a lieu dans la moelle épinière, soit à l’intérieur de la colonne vertébrale.


Cette activité ferait en sorte de maintenir le niveau de contraction musculaire anormalement élevé, comme si l’influx nerveux circulait temporairement dans une boucle (presque) sans fin.


La complexité du système nerveux donne d'ailleurs beaucoup de fil à retordre aux scientifiques qui tentent de mieux comprendre les liens entre les nerfs et les crampes.



4. Les perturbations de la posture

Vos muscles sont davantage sollicités lorsque votre posture est déséquilibrée ou inefficace.


Cette situation vous prédispose à la fatigue musculaire, puis éventuellement aux crampes.


Le meilleur exemple de cette hypothèse: le changement postural qui survient durant la grossesse.


Chez la femme enceinte, la prise de poids plus marquée à l’avant du corps sollicite les muscles situés à l’arrière du corps (ex.: les mollets).


Mon expérience en obstétrique m’a aussi permis de vérifier qu’une augmentation de souplesse et de force des muscles clés favorise une diminution de fréquence et/ou d’intensité des crampes.