Des conseils et des exercices pour mieux respirer



Vous avez des difficultés à respirer? Vous êtes atteint d'une maladie pulmonaire chronique, de bronchites chroniques ou d'asthme?

Si vous avez répondu oui à une de ces questions, sachez que vous n'êtes pas seul: un nombre élevé de la population est concerné par des difficultés respiratoires, qu'elles soient passagères ou qu'elles soient causées par l'asthme ou une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Mon article d'aujourd'hui vous propose des conseils et des exercices respiratoires afin que vous respiriez mieux respirer et mainteniez une bonne qualité de vie.

Bonne lecture!

Denis

On respire avec quoi?

On respire des milliers de fois par jour et, la plupart du temps, nous le faisons de façon automatique.

Et heureusement!

Il serait impossible de penser constamment à tout ce qu'il faut faire pour respirer adéquatement.

Toutefois, il est utile de connaître certains aspects de la respiration pour mieux respirer et, entre autres, pour atténuer les impacts d'une maladie pulmonaire.

Voici les principaux éléments grâce auxquels vous pouvez respirer chaque instant de votre vie:


  • Le diaphragme: il est sans contredit le muscle les plus endurant de votre corps. Sans lui, vous ne pouvez pas respirer par vous-même. Ses ramifications s'étendent de la cage thoracique au bas du dos et, fait intéressant, il est traversé en son centre par d'immenses vaisseaux sanguins et par l'oesophage. Comme tous vos muscles, le diaphragme peut se fatiguer, se tendre et vous causer de la douleur ou de l'inconfort.

  • Les muscles accessoires de l’inspiration: ils viennent en aide au diaphragme à des degrés différents, selon l'activité que vous pratiquez ou selon vos capacités physiques. Ils se comptent par dizaines et sont directement reliés à votre tête, votre cou ou votre cage thoracique. Si vous les utilisez trop régulièrement, notamment si vous éprouvez des difficultés respiratoires, cela peut entraîner des changements dans votre posture, comme les épaules qui s'enroulent et la tête qui adopte une position trop avancée.

  • Les muscles accessoires de l’expiration: en temps normal, l'expiration se fait sans effort et sans contractions musculaires. Vous utilisez vos muscles accessoires de l'expiration, entre autres, lorsque vous faites un effort cardiovasculaire important, si vous gonflez un ballon, si vous êtes en détresse respiratoire et si vous êtes aux prises avec une MPOC.

  • La cage thoracique: les articulations de votre cage thoracique sont directement impliquées dans la respiration. Si elles perdent de leur mobilité, l'expansion thoracique est altérée et cela modifie vos capacités respiratoires. Les côtes, les vertèbres, les ligaments et les cartilages forment la partie non contractile de votre cage thoracique, un peu comme une armure articulée dont les différentes sections seraient mobilisées par vos muscles.

  • Le coeur et les vaisseaux sanguins: le sang a besoin d'une pompe (le coeur) et d'un réseau de diffusion (les vaisseaux) pour acheminer notamment l'oxygène à vos cellules. Les maladies du coeur et des vaisseaux (cardiovasculaires) ont des effets majeurs sur votre respiration, comme une éventuelle modification de son rythme et de son amplitude.

  • Les poumons: ils consistent en un véritable réseau d'échanges grâce à leurs millions de capillaires; c'est là qu'est troqué le gaz carbonique pour l'oxygène. La surface totale équivaut pratiquement à la superficie d'un terrain de soccer. Et tout se trouve dans votre cage thoracique. C'est énorme! Aussi, vos poumons possèdent leur propre élasticité, qui est par ailleurs différente de celle de la cage thoracique. Toutes deux peuvent être altérées par certaines maladies respiratoires et perturber ainsi la mécanique respiratoire.

  • La posture: elle est certainement la composante la plus sous-estimée de la respiration. Certaines postures la facilitent; d'autres la bloquent. Par exemple, vous respirez différemment si vous êtes couché, assis ou debout, comme vous l'avez certainement déjà expérimenté en présence d'une grippe ou d'un problème respiratoire. Souvenez-vous que la posture est un outil indispensable pour améliorer votre respiration en présence d'une MPOC.


Les maladies obstructives chroniques (MPOC)

Ce qui s'effectue si facilement pour certains d'entre nous, devient parfois beaucoup plus laborieux pour d’autres. C'est le cas de la respiration chez les personnes atteintes de MPOC. Ces maladies réduisent les capacités respiratoires; une situation qui ne peut malheureusement pas être corrigée ou palliée complètement.

Les MPOC ont des impacts sur la qualité de vie, notamment en raison d’une diminution marquée de tolérance à l’activité physique. Or, pour les constater régulièrement chez les patients, elles n'ont pas que des impacts sur la respiration. Elles altèrent aussi la force musculaire, l’équilibre et l'énergie générale et elles sont associées à une présence plus grande de fatigue musculaire et de douleur articulaire. Les MPOC font partie des causes les plus fréquentes de mortalité.

Voici les deux principales, celles-ci sont souvent présentes simultanément:

L'emphysème: elle entraîne une expiration laborieuse due à une perte d’élasticité des poumons et à une destruction du tissu pulmonaire.

La bronchite chronique: elle se définit par une inflammation permanente des bronches qui est accompagnée de sécrétions et d'une toux productives. Les manifestations sont présentes pendant un minimum de trois mois d'une même année, durant au moins deux années consécutives.

Vous aimez ce blogue?

Pourtant, les meilleurs conseils de Denis ne se trouvent pas sur ce blogue, mais bien dans ses livres, dont Conseils d’un physio pour une meilleure posture et des articulations en santé.

Demandez-le à votre libraire ou procurez-vous-le en cliquant ici.

L'évolution des MPOC: l'importance de retrouver ses capacités

Les MPOC n’évoluent généralement pas de façon linéaire.

Plusieurs personnes observent des périodes durant lesquelles leur condition se détériore plus rapidement. Ces situations peuvent requérir une hospitalisation, souvent accompagnée d’inactivité ou d’un alitement. Cette diminution marquée d'activités quotidiennes contribue à elle seule à la détérioration des capacités de la personne (en plus des impacts directs de la maladie).

Par exemple, une période d’hospitalisation peut diminuer la puissance des muscles des cuisses d’au moins 5% après 5 jours, et d’au moins 14% après 10 jours.

Cela dit, la forme physique ne revient pas automatiquement à son niveau d’avant l’hospitalisation, même si la condition respiratoire est stabilisée. En d'autres mots, les impacts de l'inactivité temporaire doivent être considérés comme des éléments distincts de la maladie, en ce sens qu'ils peuvent en partie être atténués par un programme d’exercices thérapeutiques. Cela permet de récupérer un maximum de capacités physiques, ce qui améliore la qualité de vie de ces personnes et de diminuer leur risque d'une autre hospitalisation à court terme.

L’asthme

L'asthme est une maladie inflammatoire des voies respiratoires. Elle est aussi une maladie obstructive, c'est-à-dire que les bronches ont tendance à se refermer en raison d'un élément extérieur ou de façon spontanée. L'asthme est notamment associé à une sensation d'oppression, une sonorité particulière lors de la respiration, de la toux et des sécrétions.

Même si les personnes qui ont une MPOC peuvent souffrir d'asthme, cette dernière ne fait pas partie des MPOC puisqu'elle est réversible, c'est-à-dire que la respiration de la personne peut revenir à un état normal après une crise, que ce soit spontanément ou à l'aide d'un traitement. Ceux-ci diffèrent d'ailleurs si vous souffrez d'asthme ou de MPOC.

La physiothérapie respiratoire


Le médecin traitant, le pneumologue et le pharmacien sont les premiers professionnels de la santé qu'on associe aux traitements des problèmes respiratoires.

Or, les physiothérapeutes font souvent partie de cette équipe interdisciplinaire. Par exemple, la majorité d'entre eux qui pratiquent en milieu hospitalier utilisent cette approche régulièrement, et c'est d'ailleurs mon cas. Le physiothérapeute pourra évaluer certains aspects de votre respiration, mais aussi l'ensemble de vos capacités physiques et fonctionnelles; celles-ci étant souvent diminuées en présence d'une maladie respiratoire.

Les approches thérapeutiques utilisées sont nombreuses et incluent les exercices respiratoires, les mobilisations de la cage thoracique, le drainage postural et la rééducation cardiorespiratoire. Vous trouverez des physiothérapeutes compétents dans ces approches, entre autres, dans les hôpitaux, les CLSC et en cliniques privées.

L’inhalothérapie

Les inhalothérapeutes sont des professionnels de la santé dont les compétences concernent les soins du système cardiorespiratoire. Ils travaillent en étroites collaborations avec le pneumologue et l'ensemble de l'équipe médicale afin de faciliter la respiration, que ce soit dans un contexte d'anesthésie ou d'une maladie respiratoire.

Vous les trouverez notamment en milieu hospitalier et en CLSC. Pour plus d'informations, visitez le site de l'Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec.

C'est gratuit!


Allez au bas de la page pour vous abonner à l'infolettre Conseils d'un physio et recevoir les nouveaux articles. Inscrivez votre courriel, puis cliquez sur «abonnez-moi».

7 conseils pour améliorer votre qualité de vie en présence d'une maladie pulmonaire


  1. Prenez soin de votre santé physique, particulièrement si vous êtes aux prises avec d’autres maladies, ce qui est particulièrement fréquent chez les personnes atteintes de MPOC.

  2. Prenez soin de votre santé psychologique et de votre vie sociale, deux aspects déterminants de la qualité de vie et qui sont souvent perturbés dans les stades avancés de la maladie.

  3. Pratiquez une activité physique, comme le tai-chi. Selon une étude récente parue dans le International Journal of COPD, le tai-chi serait bénéfique afin d’améliorer ou de maintenir les capacités, comme la tolérance à l’effort. Il contribuerait aussi à une meilleure qualité de vie.

  4. Préservez vos capacités physiques, notamment en faisant des exercices de renforcement, d’endurance et d’équilibre. Les maladies respiratoires ont des impacts directs sur la musculature du dos, de la cage thoracique et à l'ensemble de la posture; autant de régions du corps impliquées dans l'équilibre.

  5. Marchez le plus régulièrement possible en adaptant l’intensité, la durée et la fréquence.

  6. Dormez bien. Ce conseil peut sembler trop simple pour être profitable. Or, un sommeil réparateur est un élément essentiel de la qualité de vie. Un inhalothérapeute pourra vous être utile à cet égard.

  7. Faites des exercices de respiration. Il existe un grand éventail d'exercices et de façons de les réaliser. Un physiothérapeute pourra vous évaluer et vous proposer un programme adapté à votre condition.

Programme d'exercices respiratoires

(tirés du livre — Conseils d'un physio pour une meilleure posture et des articulations en santé —)

Lectures suggérées

Les chapitres sur la respiration (p. 64-78) et sur le soulagement de la douleur (p. 158-173) et les pages portant sur la posture assise et couchée.

Autoévaluations à prioriser

Respirer (p.67), Douleur A (p.160) et Douleur B (p.175)

Exercices

- Respirer: R1 à R8.

- Assouplir: A1, A4, A5, A5', A9 et A9'.

- Fortifier: F3, F4, F5 et F7.

- Stabiliser : S2, S3, S4 et S6.

Recommandations

Faites le programme de 3 à 4 fois par semaine à raison de 15 à 30 minutes par séance (en plus de l'activité d'aérobie). Aucun exercice ne doit reproduire ou provoquer la douleur.

Des guides pratiques et utiles

Denis Fortier est physiothérapeute et un clinicien expérimenté, minutieux et reconnu. Il est aussi auteur et chroniqueur à la radio et à la télé.

Procurez-vous ses plus récents livres en cliquant sur les titres suivants:

Vous souhaitez organiser une conférence en milieu de travail ou communautaire? Vous souhaitez demander à votre bibliothèque locale d'inviter Denis Fortier à présenter une de ses conférences?

Cliquez ici pour obtenir plus d’informations sur les conférences de Denis Fortier.

Et cliquez ici pour retourner à la page principale du blogue.



 

Vous êtes présentement sur le site nord-américain. Cliquez ici pour visiter le site européen.

***

Ce site a été mis à jour le

14 septembre 2020. Les informations contenues sur ce site vous sont fournies à titre informatif. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Consultez votre médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé. Toute reproduction est interdite sans le consentement de l’auteur. 

 

© Denis Fortier 2015-2020

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Social Icon