L’activité physique rend heureux et voici la recette du bonheur


On sait tous que la pratique régulière d'activité physique est associée à une meilleure santé physique et mentale.


Or, la clé de voûte de ces bienfaits n’était peut-être pas la santé elle-même, mais bien le bonheur.


Plusieurs études récentes se sont penchées sur la question. Elles ont été réalisées dans des pays riches moins riches ainsi que chez des personnes jeunes et moins jeunes.


Leurs résultats sont étonnants et encourageants.


La recette du bonheur est désormais établie. Et la voici.


Bonne lecture!


Denis


Il est où le bonheur ?


On souhaite tous être heureux.


Or, le secret du bonheur n’a pas encore été complètement élucidé et les étapes pour l’atteindre sont loin d’être parfaitement définies.


Cette quête passe cependant par (au moins) deux conditions:

  • éprouver de la satisfaction à l’égard de la vie;

  • trouver un sens à la vie ou à SA vie.

L’évaluation de ces items toutefois demeure subjective et repose sur nos expériences personnelles, nos critères propres, nos valeurs et nos croyances.



Pas si simple


Il est maintenant universellement reconnu que la pratique régulière d’activité physique est associée à des bienfaits inestimables sur la santé. Elle améliore vos capacités physiques et mentales, diminue votre risque de maladies, prend soin de vos muscles et de vos os, et elle favorise la perte de poids. Bouger régulièrement apporterait également des bienfaits psychologiques. Cela améliorerait, entre autres, l'humeur et aurait un effet protecteur sur la dépression et l'anxiété.


Ne serait-ce que pour chacun de ces bienfaits, l’activité physique devrait faire partie de notre quotidien.


On est tous pour la vertu, mais en pratique ce n’est pas si simple que ça. À preuve: seulement 16% des adultes vivant au Canada rencontrent les recommandations en matière d’activité physique, soit 150 minutes (ou 75) par semaine réalisée à une intensité modérée (ou soutenue).


Si le plus grand bienfait de l’activité physique était de nous rendre heureux?


Dans l’affirmative, le bonheur — plutôt que la santé — serait certainement un meilleur levier pour nous faire bouger.


Bouger régulièrement apporterait des bienfaits psychologiques. Cela améliorerait, entre autres, l'humeur et aurait un effet protecteur sur la dépression et l’anxiété.

Vous aimez mon blogue?


Approfondissez les sujets abordés en vous abonnant à ma chaîne YouTube en cliquant ici, ou en vous procurant un de mes livres. Vous les trouverez des deux côtés de l'Atlantique!

Scientifiquement prouvé

L’activité physique comme LA pilule du bonheur ou LE meilleur ingrédient du bonheur; l’idée vous plaît?


Plusieurs études récentes semblent l’avoir démontré.


Voici les conclusions de quelques-unes d’entre elles.


Étude 1


Des chercheurs taïwanais ont recruté 2345 participants de 18 ans et plus. Ceux-ci ont accepté de répondre à un questionnaire quant à leur niveau de bonheur et d’activité physique. Le fait de bouger régulièrement était significativement lié à la satisfaction à l'égard de la vie et au bonheur.


Dans tous les groupes d’âges, les participants qui avaient un niveau d'activité physique plus élevé, une plus grande satisfaction à l'égard de la vie et ils étaient plus heureux.


Les chercheurs expliquent ces résultats par deux hypothèses:

  • l’amélioration de la santé physique, y compris l'état cardiovasculaire, la force et la capacité fonctionnelle permettrait d’atteindre un niveau de bonheur plus élevé;

  • l’activité physique entraînerait des changements positifs de la condition de santé psychologique, comme la diminution de l'anxiété et de la dépression, ainsi qu’un plus grand sentiment d'auto-efficacité personnelle et une meilleure perception de soi. Cette situation aurait un effet direct sur la perception de bonheur;

  • Chez des populations plus âgées, une meilleure condition physique serait également associée au bonheur en raison d’un plus grand niveau d’autonomie.

L’amélioration de la santé physique, y compris l'état cardiovasculaire, la force et la capacité fonctionnelle permettrait d’atteindre un niveau de bonheur plus élevé.

Étude 2


Les liens entre le bonheur et le niveau d’activité physique ont également été démontrés chez les personnes vivant avec une déficience physique. Celle-ci peut être notamment causée par un problème survenu à la naissance, des troubles visuels, une maladie neurologique ou un processus dégénératifs, comme l’arthrose.


Des chercheurs de l’Université de l’Indiana ont montré que la pratique régulière d’activité physique par ces personnes favorise de meilleures de stratégies d’adaptation. Elle minimise également les conséquences de la déficience physique, ce qui contribue à une plus grande satisfaction à l'égard de la vie.


L’activité physique comme ingrédient principal du bonheur semble donc être efficace pour tous, incluant les personnes vivant avec une déficience physique.


D’autres études


Plusieurs autres études ont démontré les liens entre le bonheur et l’activité physique, et ce, dans une multitude de populations aux conditions socioéconomiques différentes, chez les jeunes et les moins jeunes, et dans une multitude de pays et de continents.


Bouger davantage stimule l’ensemble de nos capacités physiques et mentales, et cela est généralement associé aux liens sociaux, une autre composante importante du bonheur.


Et je parie que vous aussi, vous en avez déjà fait l’expérience de ces interactions complexes ...



Quand un virus s’en mêle

Pour chacun d’entre nous, la pandémie de COVID-19 a certainement été l’occasion de mesurer les effets d’un manque d’activité physique sur notre bonheur.


Ce sentiment de privation s’est bien sûr étendu à plusieurs sphères de nos vies, mais la perte de liberté s’inscrit d’abord dans la contrainte de nos mouvements associés aux confinements, aux couvre-feux ainsi qu’aux multiples conséquences des mesures de distanciation physique.


Des chercheurs suédois ont d’ailleurs établi un lien entre la diminution d’activité physique attribuable à la pandémie et un moins grand sentiment de satisfaction à l’égard à la vie.


Leur étude a été menée auprès de 1318 personnes à l’automne 2020. Elle nous permet de mieux comprendre les liens entre le bonheur et l’activité physique.

Des chercheurs suédois ont d’ailleurs établi un lien entre la diminution d’activité physique attribuable à la pandémie et un moins grand sentiment de satisfaction à l’égard à la vie.

C'est gratuit!


Allez au bas de la page pour vous abonner gratuitement à mon infolettre. Vous êtes déjà des milliers à l’avoir fait. C’est génial!


Question d'intensité


Différentes composantes de la condition physique seraient associées au bonheur, selon les conclusions de cette étude.


Voici les principales et à vous de choisir celles qui vous intéressent davantage:

  1. L’endurance cardiorespiratoire: la capacité de votre coeur et de vos poumons d'acheminer à vos cellules une quantité optimale d’oxygène. Elle vous permet, par exemple, de participer à un marathon ou de monter les escaliers sans courir après votre souffle.

  2. La force musculaire: la capacité de vos muscles à générer de la force dans une multitude d’alignements articulaires et de postures, comme en position assise, couchée et debout.

  3. L’endurance musculaire: la capacité de vos muscles à générer un effort de façon prolongée. Elle est étroitement liée à votre endurance cardiorespiratoire.

  4. La flexibilité: la capacité de vos muscles et de vos articulations à utiliser l’ensemble de leur amplitude. La raideur musculaire, l’arthrose et l’enflure sont des freins à la flexibilité.

  5. L’équilibre: il en existe deux types, soit l’équilibre statique et dynamique. Ils vous permettent respectivement de maintenir votre équilibre en position immobile et en mouvement.

  6. La capacité de générer un effort soutenu: la pratique d’activités physique d’intensité soutenue est également associée au bonheur. Elle requiert davantage d’endurance, de force ou d’équilibre. Une longue liste d’activité peut être réalisée à intensité soutenue, comme la natation, le vélo, la danse, la marche athlétique, la course et la plupart des sports d’équipe.

  7. La capacité de générer un effort de faible intensité: chez des populations plus fragiles, les activités physiques de faible intensité sont également associées au bonheur, comme chez les personnes diabétiques plus âgées.

Différentes composantes de la condition physique seraient associées au bonheur, comme l’endurance cardiorespiratoire et la force musculaire.


Une conférence ou une webconférence?

Je consacre une grande partie de mes activités professionnelles à donner des conférences, en personne ou par Zoom, YouTube en mode privé, ou d’autres outils du même type.


Cliquez ici pour obtenir plus d’informations sur le sujet.



Des guides pratiques et utiles


Au fil des années, j’ai écrit des romans et des guides pratiques. Procurez-vous-les en cliquant notamment sur les titres suivants:






Des conseils en vidéos!


Cliquez ici pour découvrir ma chaîne YouTube.


Les informations que vous y découvrirez sont complémentaires à mes différents livres. Elles concernent notamment la douleur au dos et au cou, la posture, les exercices thérapeutiques et la prévention de plusieurs problèmes de santé.


Et n'hésitez pas à vous abonner pour être informé des dernières mises en ligne!


©photo: Bruce Mars/Unsplash